Carton Rouge pour Tupperware

Le géant américain connu pour ses boîtes alimentaires en plastique annonce la fermeture de son unité de production à Joué-les-Tours (Indre-et-Loire) d’ici mars 2018.

L’annonce de Tupperware est un coup dur pour les 235 employés de l’usine dont la moyenne d’âge est d’environ 50 ans. Le personnel de l’usine est effondré, ils laissent derrière eux plusieurs dizaines d’années de leur vie avec des perspectives à la réembauche qui semblent plus que compromises… Personne dans l’entreprise ne pouvait imaginer le pire, la fermeture définitive du site de production français établi depuis 1973.

C’est un vrai choc pour les salariés et les élus locaux qui demeurent dans l’incompréhension. Après la suppression de postes par Michelin (2013), la ville subit encore de plein fouet « les récompenses » de la désindustrialisation

«C'est dur de rester calmes. On ressent tous une colère monstre. On s'attendait à quelque chose mais pas à une fermeture», a déclaré Antonio Constantino délégué syndical CGT. «Du jour au lendemain, on vous vire comme un kleenex. Des familles vont rester sur le carreau juste parce que des financiers qui veulent gagner encore plus l'ont décidé »

Tupperware explique la fermeture de son site pour « rétablir sa compétitivité et assurer de la croissance ». En effet, en 2017, Tupperware connaît une surcapacité production de 35% dans l’Europe liée à un ralentissement général de ses activités commerciales sur le continent. «Il y a dix ans, il y avait 55 machines à l'usine de Joué-lès-Tours, aujourd'hui, il y en a 8, et elles ne tournent pas à plein régime» explique le porte-parole de la direction.

« Tupperware a quatre usines en Europe: Portugal, Grèce, Belgique et France. On ne ferme que la française... On nous dit qu'on coûte trop cher! » continue le délégué syndical CGT. Une remarque qui a le mérite d’être soulevée, pourquoi Tupperware n’a-t-il pas réduit l’ensemble des effectifs dans l’Europe pour conserver ses 4 sites de production ? La main d’œuvre française subissant une fois encore les conséquences de son manque de compétitivité sur le plan européen …

Vos commentaires

laissez le premier commentaire sur cet article

Laissez vos commentaires

* champs requis

+ d'articles